Tel un Chevalier errant…


Tout commence par ces voyages imaginaires  au moment de l’enfance. A l’écoute des anciens nous rêvons « d’ailleurs », sans connaitre notre destination. C’est à ce moment-là que commence notre propre exil, et qu’il devient notre représentation future de ce monde. Devenu adulte nous devons partir pour le grand voyage de la vie et c’est lorsque nous frappons à la porte de l’atelier, que nous savons que nous sommes en marche pour la quête de l’essentiel.
A ce stade nous ne sommes pas moins  qu’Ulysse, Moïse ou Jésus. Nous cherchons un face à face avec un absolu.
Nous tentons d’être en phase avec notre devise, ordonner notre chaos intérieur.
En ligne droite, brisée,  en heptagone, nous marchons, lentement, précipitamment, mais toujours vers nous-mêmes.  Cette voie spirituelle inspiratrice nous dit Louis Trébuchet, nous en avons hérité par transmission, tout comme les ordres compagnonniques.
Il nous rappelle également le syncrétisme des traditions initiatiques de l’orient et de l’occident, au moment de leur Age d’or, et dont notre pensée, est toujours irriguée.

Ainsi l’exil est bien,  ce qui nous pousse hors d’un lieu connu, pour aller reconstruire ailleurs  !
A l’image de la perte du temple de pierre détruit et le triangle d’or martelé, nous partons reconstruire le temple de chair, nouveau centre symbolique, figuré par la Jérusalem céleste.
Cette nouvelle rupture, là encore,  nous invite à un changement de paradigme, pour une nouvelle perception du réel, et fonder avec une nouvelle loi, un homme nouveau, celui qui est né de l’exil.

Précédemment titré Chevalier, je sens pourtant que le cycle de la chevalerie reste à découvrir.
Ainsi, tel Perceval dans la légende arthurienne, je suis toujours en quête du Graal, avec l’enchantement du cœur.
Tel Adam chassé du paradis auquel  fut ordonné, avec la lumière de la nature,  de travailler sa lumière intérieure.
Tel un Chevalier errant, je sais que mon cap est celui de la reconstruction. Comme le peuple hébreu, en errance, à la recherche d’une terre promise je comprends que le plus court chemin qui m’amène à moi-même, m’entraine d’abord autour du monde, avant de me rattraper, pour me retrouver face à mon propre miroir.

En Captivité à Babylone, libéré par Cyrus, je suis en capacité maintenant de me mettre intérieurement en mouvement vers un centre idéal.

Doté d’un édit pour passer librement, et m’aider à faire ma révolution personnelle, je fus aguerri également à l’art de la guerre pour repousser les hommes armés postés lors du passage du pont. Un pont symbole encore de franchissement intérieur. Me dépasser, surmonter ma peur, me remettre en question. Repartir presque de zéro.
Avec moi 7000 juifs furent créé Chevalier. Eux aussi voulaient construire et combattre les obscurs assaillants cachés en nous. En pèlerin de la lumière, nous poursuivons notre route, et transmettons la tradition. Exil, captivité, libération victoire sur moi-même, vigilance, liberté, continuité, il s’agit finalement de ne pas rompre l’alliance et de continuer mon cheminement .
Car si je dois reconstruire ce que j’ai brisé en moi, après avoir chassé les zones d’ombres et l’obscurantisme, mon objectif est bien de me dépouiller des trois mauvais compagnons, et de buriner ma pierre philosophale.

Transmutation, perfectionnement, l’exil symbolise pour moi cet entre-deux monde. Une poursuite de mon exil, une continuation de ma quête. Une trajectoire que je perçois comme une œuvre au blanc. Après l’extinction de l’égo dans l’œuvre au noir,  avant d’arriver au feu solaire de la chambre rouge.

Alors, loin de me sentir arrivé ou finissant, je suis plus que jamais en devenir. Cette errance qui peut sembler obscure, et sans repères pour les uns, m’oblige à redoubler d’efforts. Une confusion et un sentiment de la lumière perdue m’envahie, semblable à celui qui nous étreint également dans le premier temple après avoir perdu la Foi et la Charité. Pour autant Ma volonté reste intacte, car la lumière de l’Espérance est retrouvée dans sa plus grande splendeur à la suspension des travaux, alors qu’a sonné l’heure du parfait maçon.

C’est donc un fait, Si être exilé est une initiation, et l’initiation un exil intérieur, Alors notre voyage initiatique est un retour d’exil…Car du monde profane nous sommes partis et notre vrai pays, pour nous , reste la voie initiatique ! En ancrage dans le temple, en connaissance et en révélation, je suis ce que je suis, ici et maintenant.
La conversion du regard, m’apprend  à me détacher du monde profane pour tenter d’être libre, voilà mon chemin initiatique.
Inlassablement je vais  de dépouillement en dépouillement. L’abandon des métaux, le détachement des illusions du profane, me commande et m’aide dans notre démarche d’exilé, par la perception de la transcendance en ma propre immanence. C’est une donnée admise pour nous, car nous travaillons à la gloire d’un principe créateur, le Tout, et notre exil intérieur, nous permet face à lui, de trouver notre juste place en humilité.

 

Etre sur la route pour aller vers une révélation presque totale avant d’atteindre la mort. Etre en état d’inachèvement permanent, être en épuration constante et se diriger vers l’essentiel. Les grands pèlerinages, les croisades c’est  cette recherche de pureté humaine et de connaissance, que je vis, avec nos valeurs théologales.

D’exil en retour d’exil,  comme les deux Lois, ancienne et nouvelle,  tracent des voies, nous, les empruntons !
Tel Adam dans la tradition judéo-chrétien, premier exilé arraché à son centre, j’ai ressenti ce déchirement du désordre et du chaos. Moïse, le savait, et le Christ nous exhortera de nous mettre à notre tour, en mouvement, entre la peur de ce que nous quittons, et l’espérance de ce que nous trouverons.
L’exil comme paradigme d’une révélation personnelle, est un enrichissement. Claude Guérillot, nous le  rappelle en nous invitant à consacrer   « notre force à parler et à propager sur terre, le langage de la Loi d’amour ; cet accomplissement qui a fécondé la Connaissance acquise en nous élevant ».

 

Alexandre Rosada © Mars 2021

Add Comment

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité