Dans cette deuxième partie qui va de 1920 à 1954 nous évoquons les rencontres avec Lucien Levy Bruhl et Marcel Mauss, deux ethnologues et philosophes, qui ont été sensibles au travail de terrain de Maurice Leenhardt au point de nuancer leurs propres approches théoriques sur les peuples issus de cultures orales.

Avec Jacques Dardel nous parlons de la période africaine de Maurice Leenhardt puis des difficultés de son grand père à son retour sur le Caillou en 1923. Revenu en métropole en 1925 Maurice Leenhardt subira aussi la fronde de la Société des Missions de Paris qui voyait en lui un parcours “trop personnel” nous dira André Leenhardt, son petit fils.

Nous abordons ensuite le voyages de 1938 en Calédonie et à nouveau ses retours en métropole. Là il occupe des fonctions au Musée de l’Homme, enseigne le Aijé à l’Ecole des Langues Orientales, et devient Président de la Société des Océanistes.

Son dernier voyage en Calédonie date de 1947 pour créer l’IFO, Institut Français d’Océanie.
La même année il publie son livre Do Kamo.

Rentré en France un an plus tard, Maurice Leenhardt est reçu à l’Académie de Sciences Coloniales, puis il est décoré de la Légion d’Honneur mais il continue toujours à publier études et travaux. Il s’éteint d’un cancer du poumon le 26 janvier 1954.

Aujourd’hui son oeuvre est immense et à marqué
son époque . Une partie de sa mémoire écrite à été donnée par la Famille Leenhardt. Elle est conservée aux Archives Territoriales de Calédonie.

Parmi les autres intervenants de cette émission vous pourrez entendre, Jean Guiart, ancien élève de Maurice Leenhardt, Sylviane Cantin, petite fille, Jacques Dardel, petit fils, Olivier Leenhardt, petit fils, Emmanuel Kasarerou, ancien directeur à l’ADCK Edmond Nekiriaï, ancien élu du Congrés et Wanir Welepane, ancien pasteur de Tiga.

 

Add Comment

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires