Jacqueline Sénès est romancière et journaliste.
En Nouvelle Calédonie de 1953 à 1997, elle fut surtout journaliste à Radio-Nouméa et fut surnommée “kiki la kanak” en raison de ses émission radiophoniques sur le peuple kanak, ses légendes et ses mythes. En donnant la parole à tous les calédoniens elle fait émerger une “culture” calédonienne.
Né de père bourguignon, son père était médecin de campagne. Elle en hérite un amour de la terre et de la campagne. En Calédonie à son arrivée en 1953, elle est séduite immédiatement par les vieux colons et les kanak qui lui rappelaient son enfance et son attachement à la terre. Elle s’est vite sentie en famille.
Elle postule à la radio locale, ancêtre de R.F.O, elle obtient des contrats d’animatrice. Elle crée alors une émission qui parle des calédoniens et des kanak aux calédoniens et aux kanak eux-mêmes. Son succès est immédiat. Elle sillonne le pays et part à la rencontre des gens pour recueillir leur parole, dans le Nord, à Koné. Elle a visité un par un les centres de brousse. Une époque merveilleuse dit-elle.
Auteur de plusieurs livres dont, chez Hachette, “La Vie quotidienne en Nouvelle Calédonie de 1850 à nos jours” (prix Océanie, 1986), Jacqueline Sénès a obtenu le prix du Grand Public RTL en 1987 pour son roman le plus connu  “Terre violente”.

Notre documentaire radiophonique lui donne la parole et elle nous raconte sa vie passionnante et riche d’enseignements pour les jeunes générations.

Add Comment

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires