présente
HISTOIRES PAYS-PAYS D'HISTOIRE


« La Migration des Kanak des Iles Loyautés en Australie au 19è »


A partir d'une exposition qui se déroulait à la Bibliothèque Berheim de Nouméa, Alexandre Rosada retrace les grands moments de la présence de Kanak des iles Loyautés qui ont migrés vers les années 1865,en Australie et précisément dans le Queensland et les iles du Détroit de torrès.
Là bas ces kanak Loyaltiens, on les appelaient les Kanakas.

Aujourd'hui des recherches en généalogies sont menées pour renouer les liens de la Mémoire, entre descendants des Kanak vivant en Calédonie et Kanak d'Autralie membres de la communauté des insulaires des mers du sud installés en Australie.

Pour retracer cette page d'histoire nous entendons dans notre documentaire radio de 30 minutes, les témoignages de Dorothy Shineberg, docteur en Histoire, Max Shekelton, collectionneur, Rose Kokone, Obao Geihazé, Pascal Wacapo, du comité du Wetr à Lifou, Déwé Gorodey,femme politique, Charles Washetine, élu du Palika, mais aussi Maria et Maureen Lifu,australiennes et descendantes de Kanak, et Philippe Boisserand, employé à l'ambassade d'Australie à Nouméa.

Bateau de recruteur et trafiquant de main d'oeuvre.Collection JO Brisbane.
Jeune travailleur insulaire dans une plantation de canne à sucre en 1898 à Bingera. Coll JO Brisbane.
Des femmes des iles employées sur la plantation de Hambledon à Cairns.  Photot A.Atkinson
William, insulaire de Maré.Photo Dr T.Bancroft.


L'histoire :

Entre le début de 1860 et 1904, prés de 62000 hommes et femmes originaires de mélanésie ont été recrutés pour fournir une main d'oeuvre bon marché à l'Industrie sucrière naissante du Queensland (province australienne) dans des plantations de colons européens.
Si une grande partie de ces insulaires venaient des Iles Salomon, des Nouvelles Hébrides, et des iles Gilberts(Kiribati), environ 10% venaient des iles Loyautés de la Nouvelle Calédonie.

Leurs contrats de travail duraient trois ans généralement.

Au début de 1870 une autre vague de ces Kanaks de Calédonie partirent cette fois du coté des Iles du Détroit de Torrès.
Lorsque l'Australie décide de mettre fin à ce commerce de main d'oeuvre en 1904, ces "kanakas" comme on les appelaient alors, avaient en tant que sujets français le droit de choisir leur domicile.
Environ 4500,ont préféré rester sur place souvent pour un nouvel engagement.
Ils ont fait souche, et aujourd'hui il existe une descendance importante de loyaltiens au Queensland.
Notre documentaire radio nous permet de mieux comprendre le contexte de l'époque mais aussi de retrouver des kanak australiens qui ont recréé des liens avec des kanak de Calédonie et précisément de Lifou ou Maré.

Documentaire Radio.
Enquête, Entetien et Montage
Alexandre Rosada

A.Rosada.