Hamada Issoufi et Moina Saindou.
Emission en Shimahorais

"REGARDS"
Une émission de la Rédaction de
RFO-Mayotte.



Aujourd'hui :

Majicavo :
Prison et
Ré Insertion Sociale !


Sarah Techer et Alexandre Rosada.
Emssion en Français.

Dans cette émission "REGARDS" présentée et préparée par Alexandre Rosada,
nous vous invitons à une découverte de la cellule Insertion et Probation de la Maison d'Arrêt Majicavo à Mayotte.
Nos invités se nomment Sarah Techer, responsable de cette cellule, et Hamada Issoufi,conseiller d'Insertion et de probation.

Avant de commencer un peu d'histoire.
La maison d'arrêt de Majicavo a été construite en 1995, en remplacement de la Maison d'arrêt de Mamoudzou et face a l'augmentation de la population pénale. Au fil du temps des nécessités sont apparues, notamment la mise en place d'un service socio-éducatif au sein de la prison, destiné à prendre en charge le volet social de la mission pénitentiaire dans le but de dévelloper des actions d'insertion socio-professionnelles et éducatives.
Une cellule d'Insertion et de Probation est donc née de la demande de la Maison d'Arrêt à une association qui en 1997, mettait des actions de formation. Plus tard la prison intégrait un conseiller d'Insertion et de probation à mi-temps, gérant également la coordination des actions de formation.
Compte tenu de l'évolution de la population carcérale, en 2002, un poste de Conseiller d'insertion et de probation à temps plein à été créé.

Aujourd'hui nos deux reporters Aude Henry et Nicole Gellot ont posé pendant trois jours leurs caméras dans la prison.
Elles ont suivit les activités des différents ateliers mis à la disposition des détenus.
Ces ateliers permettent aux prisonniers, de sortir de la prison mieux formés que lorsqu'ils y sont entrés, bref ils ont acquis des outils et des techniques pour réussir leur ré-insertion dans la vie active.
Pour nous parler de cette "prison éducative" Sarah Techer nous rappelle dans un premier temps les missions de la cellule d'Insertion et de probation : prévenir la désocialisation de l'incarcération, aménager les peines, élaborer un projet de sortie notamment...

Elle évoque aussi le suivi individuel dés l'arrivée des détenus, avec un entretien personnalisé pour déterminer leurs attentes.
Notre premier reportage nous fait alors découvrir comment la prison peut devenir un lieu d'études à raison de 6 à 9 heures de cours par semaine au centre scolaire, assisté d'un instituteur spécialisé de l'Education Nationale.
Dans un autre reportage nous voyons ces détenus qui tentent de se projeter dans le futur, une question difficile. La maitrise du français, l'acquisition de bases, la préparation d'un diplôme ne sont pas choses faciles.
L'école derrière les barreaux
n'est pas non plus accessible à tous.
Elle est réservée aux mineurs et au moins de 25 ans, en tout 40 détenus.





Dans un autre reportage.
Aude Henry et Nicole Gellot nous montrent que l'on peut aussi apprendre un métier à la Maison d'arrêt de Majicavo,
pour "occuper ses mains" et "son temps".
Des ateliers sculptures et artisanats le permettent.
Certains sortent de l'enceinte de la Prison 3 jours par semaine et s'adonnent aux cultures horticoles, montent des projets.
Une "bonne conduite" qui pourra faire gagner des aménagements de peines.

Mais que dire des détenus qui ont suivit les programmes de ré-insertion et qui se retrouvent à nouveau derrière les barreaux ?
Il y a des rechutes nous dit Sarah Techer mais il ne s'agit pas d'échecs car il reste toujours quelque chose de ces expériences de ré-insertions.
Notre dernier reportage nous apprends que l'on peut toucher un salaire en étant prisonnier à Majicavo.
Quelques euros par jour c'est peu, mais motivant quand même et cela peut aussi contribuer
à un amasser un petit pécule en vue de sa sortie dans la société.
Il s'agit de faire comprendre aux détenus que l'argent se gagne nous dit Sarah Techer.

Des activités plus culturelles sont aussi à la disposition des détenus comme celles du théatre ou de la rédaction d'un journal en prison...bref comment s'évader tout en restant là !
On fait du théatre pour oublier, on fait aussi du théatre pour faire un travail sur soi....
Le journal c'est pour se raconter, faire sortir des choses afin qu'elles ne vous tuent pas ou ne vous fassent pas exploser..
On s'affirme, on témoigne, on évacue, on dégage avec les mots, et ainsi tout va mieux.
Il en va de même avec les activités de la bibliothèque de la prison à laquelle ont accés les prisonniers.
300 livres sont ainsi disponibles, des romans, des revues ou des livres éducatifs
sont autant de moments de travail que de distractions.
Les activités sportives sont aussi là pour canaliser le dynamisme de certains mais elles peuvent aussi provoquer
des replis sur soi, lorsqu'on souhaite ne faire que du sport et rien d'autre !

Notre émission touche a sa fin.
Sarah Techer évoque aussi les cellules d'Insertion et de Probation dans la région, notamment à la Réunion.

"REGARDS"
une Emission de la Rédaction de RFO-Mayotte

Réalisation : Ahamada Rachid.
Images : Daroueche Faridi.Abal Kassim
Son
: Housseni Ader
Assistant :Bakoko Madi.
Montage
: Abal Kassim.
Rédacteur en chef : Alexandre Rosada.

Réagissez, Cliquez :



Diffusion RFO Mayotte 2003