Chez lui à Nouméa, Port Plaisance.

Histoires Pays...
Pays D'Histoire...



Jacques Nozerand, :"33 ans de mer, 7 ans à terre, 40 au total c'est pas mal , dit-il "
Aujourd'hui :

Jacques Nozeran, commandant de Bord, passeur de mers et d'Océans...



Mercredi 4 décembre Ó 12h20 et Samedi 7 décembre Ó 8 H sur Radio Nouvelle CalÚdonie.

Bonjour ! C'est en mer que je vous propose de partir dans cette émission, avec Jacques Nozeran, commandant et passeur de Mers et d'Océans...
Un Calédonien qui a dédié sa vie aux bateaux...il fut tour à tour barreur, matelot-caboteur, commissaire de bord, capitaine de Yatch puis de Ferry, et commandant en Océanie notamment sur paquebots mixtes, bref
des mers et des Océans il a en sillonné...! Des ports il en connait une liste impressionnante : Naples,Le Pirée, Casablanca, Dakar, Gênes, Haïfa, Marseille...et bien d'autres encore...car sa vie il l'a dédiée à cet amour des bateaux...qui lui vient peut-être de ce choc qu'il eut lorsque son grand-père Auguste Maestracci disparu en mer en 1913, nous dit-il.

Ma carrière maritime a débutée on peu le dire à l'age de deux ans poursuit Jacques Nozeran...et il nous raconte : "De père gendarme ayant épousé une calédonienne la famille rentre en Métropole. Un voyage de 80 jours pour rejoindre Marseille dont je ne me souvient pas, mais que j'ai entendu raconter des dizaines de fois par mes parents, et cela m'a fait réver surtout lorsqu'ils évoquaient les escales : Tahiti, Panama, les Antilles etc...

De retour sur le Caillou en 1946, sur le "Sagittaire", Jacques Nozeran est alors agé de 14 ans. A bord il se rends utile pendant les 69 jours que dure la traversée. Grace à la gentillesse du second capitaine, on lui permet de passer des heures et des heures à la barre du bateau...Quel émoi pour ce jeune homme que de diriger un bateau si prestigieux, qui, de plus, raméne le Bataillon du Pacifique...
Aprés trois années passées en Calédonie c'est de nouveau le retour en métropole. Là encore à bord du "Chung King" va se produire une rencontre mémorable entre une tahitienne et son fils. Elle prendra son sens beaucoup plus tard. Cet enfant alors agé de quatre ans, qui s'appelle Enrique Braun Ortega, deviendra 30 ans plus tard, son employeur à Tahiti !


De retour en Calédonie pour un nouveau séjour Jacques Nozeran, passe ses études au Lycée Lapérouse. Pendant les grandes vacances il tient à gagner son argent de poche. Grace au capitaine armateur Louis Pons, un bon marseillais coiffé d'un chapeau de feutre, un peu gueulard dit-il, le voici engagé comme matelot sur le "Mollis pas 3". A 18 ans c'est l'homme a tout faire de l'embarcation : docker, mécanicien ou vendeur...il nous raconte cet épidsode d'apprentissage du métier.

Deux années aprés vient le temps de l'armée...Il décide de passer un diplôme de capitaine au grand cabotage colonial.Grace au commandant Ferraud et à Paul Robineau de la SLN, il effectue des voyages sur l'Autralie comme 2 ème lieutenant..il nous raconte l'épisode du "Maria del Mar"...
Retourné à la vie civile il trouve un embarquement sur un petit caboteur des iles loyautés "L'Henriette".

En 1954 Jacques Nozeran décide de rentrer en France. Là une nouvelle vie va s'ouvrir à lui, car il va pénétrer le monde des croisiéristes, avec la compagnie de navigation Paquet.


Son premier embarquement se fait sur le "Diola", navire de 70 mètres en qualité de 2ème lieutenant. Il navigue entre Marseille, Sète et Casablanca avec 1800 tonnes de phosphates dans ses cales. Puis il est muté sur un tanker le "Zit". Là il transporte du vin, au départ de la France vers l'Afrique puis une fois la cargaison livrée, et les cuves nettoyées, il prends livraison d'huile d'arachide qu'il va livrer à Dunkerque, par mauvaise mer et froid...
En 1956 vient le temps des paquebots mixtes avec "l'Azrou". 260 passagers et 3400 tonnes de frêt.
Il est alors elève commissaire et s'occupe du secrétariat puis des relations avec les passagers.
Il organise aussi les fêtes des passagers à bord, et anime la piste de danse. Un rôle plaisant dit il et qui marqueront les plus belles années de sa vie.
A partir de 1966 la fin de l'époque des Paquebots de ligne est proche, mais Jacques Nozeran agé de 34 ans à la vie devant lui. Il décide de retourner à Tahiti, pays d'origine de Maéva, son épouse. Là il fait la rencontre avec un calédonien, Honoré Pantaloni, qui va l'entrainer dans l'aventure du "Pilou PIlou" un Yatch de luxe pour millionnaires... Dès janvier 1968 il en est le capitaine et navigue entre les iles loyautés.

Deux années plus tard Jacques Nozeran se porte candidat au poste de capitaine de la Société Océanienne de Remorquage.C'est le boom du Nickel et le service assure jusqu'a 13 manoeuvres par jour. Il restera à cette fonction pendant 10 années.
C'est alors le moment qu'il choisit pour rentrer à Tahiti croyant couler une retraite paisible...mais en Avril 1981, le petit garçon rencontré sur le "Chung King" trente ans plus tôt, se rappelle à lui.
Enrique Braun Ortega est devenu entretemps un PDG de groupe important sur la Polynésie... et c'est reparti pour Jacques Nozeran,...il est embauché comme commandant du "Raromatai Ferry" puis plus tard sur le "Mooréa Ferry". Il navigue entre Papeete,Huahine, Raiatea, Bora Bora et retour...
En 1990, Jacques Nozeran rentre sur le Caillou...depuis il oeuvre pour le passé maritime de la Nouvelle Calédonie.Il est membre de l 'association des Amis des Paquebots, et veut transmettre au jeunes générations son goût des bateaux.

"Histoires Pays-Pays d'Histoire"
Une émission proposée par