La maison des Soeurs Agées de la Congrégation des Petites Filles de Marie.

Histoires Pays..
..Pays D'Histoire

Soeur Maturine Niné, l'amour au coeur et l'amour de l'autre.

Soeur Maturine Niné...


 

...Petite Fille de Marie.

Mercredi 25 Septembre à 12h20 et Samedi 28 Septembre à 9h sur Radio Nouvelle Calédonie.

Une émission d'Alexandre ROSADA

C'est avec une Soeur d'Ouvéa, membre de la Congrégation des Petites Filles de Marie que nous allons partager cette émission...Une Soeur dont la joie du Seigneur comme elle dit, a rempli son coeur, et cela se voit sur son visage et se ressent dans ses paroles.Soeur Maturine Niné, agée de plus de 80 printemps, rayonne et à l'écouter elle vous donne toujours cette force de croire en l'Amour de l'Autre.
Pour cette émission nous sommes allés la rencontrer à la Maison des Soeurs Agées du Thabor, sur la route de St Louis...Un lieu construit dans les années 50 pour le noviciat et qui accueille désormais une quinzaine de soeurs agées...Mais avant de retrouver Soeur MAturine c'est la responsable de la Communauté, Soeur Citiano, qui nous a accueillit...et notre émission commence par une visite de cette Maison...

"Cela fait quatre ans que je suis dans la communauté, et çi au Thabor, depuis l'an 2000" nous dit elle. Là vous avez les locaux des soeurs, le réfectoire, la chapelle. Il y a 14 Soeurs agées en ce moment et nous sommes que quelques unes à nous occuper d'elles.
AVec Soeur Citiano, nous nous promenons encore, et nous rencontrons Soeur Pauline qui repasse du linge à la Buanderie...Quelques mots échangés puis nous continuons la visite...Nous allons à la cuisine, une soeur prépare le repas, du poulet roti ce midi...Humm ça sent bon...! On passe par l'économat...
Un peu plus tard Soeur Citiano nous rappelle les voeux de la Congrégation
des Petites Filles de MArie pauvreté, chasteté et Obéissance...Monseigneur Michel Calvet que nous avons rencontré par ailleurs, nous fait l'historique de cette congrégation..Le noviciat est de deux ans, et ensuite aprés les voeux temporaires de 6 ans les Soeurs prononcent un engagement définitif dans la Congrégation.

Cette Congrégation a été fondée en 1875, par Soeur Marie de la Croix, une missionnaire Laique. Son nom est lié a la première génération des Soeurs mélanésiennes nous dit Mgr Calvet. Elle a aussi encouragé des mouvement associatifs féminins et depuis sont nés des organisations comme "Le souriant village mélanésien".
A la fin du 19éme siècle, St Louis était la mission centrale où ont été formés les premiers cadres religieux du pays précise Michel Calvet...un peu plus tard les installations se sont déplacées au Thabor.
Soeur Marie de la Croix a terminé sa vie à Belep conclue l'Archevêque de Nouméa.
Nous reprenons notre visite de la Maison des Soeurs Agées, et nous rencontrons soeur Philoméne, 84 ans, qui nous dit pourquoi elle est si heureuse...C'est le moment de rencontrer Soeur Maturine...Elle nous parle de sa jeunesse dans les années 1930. Originaire d'Ouvéa, elle est né dans une famille trés chrétienne de 14 enfants.
Son père était Catéchiste. La prière était de rigueur à la maison et si l'on pense que c'était austère on ne manquait de rien dit elle. Mon père s'appelait Niné Nicolas, et ma maman Elisa...

Je me suis senti appelée à l'age de 14 ans et je me suis ouverte aux Soeurs à l'age de 17ans, nous confie Soeur Maturine.

"Mes parents étaient contents d'avoir donné un des leurs au Seigneur" nous dit Soeur Maturine. Elle nous parle de sa scolarité trés surveillée chez les Soeurs . Une vie rythmée par un programme trés rigoureux. Nous allions une fois par semaine voir nos parents, au village et on ramenait des vivres.Le soir on rentrait à l'école...Là je me sentais appelé, et dans le secret de mon coeur avec le Seigneur dit elle...je me suis ouverte...Vient alors le noviciat. C'était difficile nous dit Maturine...On était mélangé avec les filles qui ne voulaient pas devenir religieuses mais cela ne nous génait pas.
Son Apostolat ce sera pour elle l'instruction des enfants."J'ai passé 32 ans au service des enfants dit elle dans 11 missions au total"...et de toutes j'ai beaucoup aimé Belep, pour l'isolement le calme et les gens qui nous respectaient et nous comprenaient. Soeur Maturine évoque ensuite les hauts et les bas de cette vie religieuse. Puis elle nous parle de la vie à la maison du Thabor où elle donne encore d'elle, en continuel service.
Alors d'où vient ce rayonnement de Soeur Maturine ? Elle nous donne sa recette pour soigner sa vie. Pour avoir la force du corps il faut manger et pour l'âme et l'esprit il faut prier. Il faut aimer les autres aussi, même si c'est difficle.Il faut essayer. Même son ennemi il faut l'aimer. Et la Mort en avez vous
peur ? Non réponds-elle, je suis en paix avec moi même.
Et si tout était à refaire le referiez vous ? Bien sur dit elle dans un grand éclat de rire....

Repas en commun des Soeurs Agées du Thabor.

"Histoires Pays-Pays d'Histoire"
une émission proposée par

v