LES VITRAUX DE BALADE, PATRIMOINE CALEDONIEN

Le frère Blaise Marmoiton est tué en juillet 1847.  Photo AR


Les vitraux de l'église de Balade, sont classés au patrimoine des monument historiques.
Ils racontent en 6 panneaux l'arrivée des missionnaires en Calédonie. C'était en 1843, à la veille de Noël, un bâtiment de la Marine Française,le Bucéphale, débarque à Balade dans le nord de la Grande terre, les premiers missionnaires catholiques.
Ces maristes, sont emmenés par l'évèque Guillaume Douarre, auvergnat de souche. Avec lui les pères Viard et Rougeyron, sont du voyage, ainsi que les Frères Taragnat, et Marmoiton. Ces hommes vivent dans le plus grand dénuement, ils construisent des logements, plantent des cultures vivrières, et apprennent les langues locales pour évangéliser les tribus réfractaires avoisinantes.

De retour à Balade on présente le crâne de Blaise  Marmoiton à Mgr Douarre.. Photo AR
L'église de BALADE aujourd'hui.    Photo AR.
Le navire "La Brillante" permit le sauvetage  vers l'Australie des missionnaires assiègés.  Photo AR.

Les premières années sont difficiles. Les rites païens abondent, de plus l'antropophagie guerrière, et rituelle est en vigueur. La foi permet à ces hommes de Dieu de tenir. En juillet 1846, un navire de passage apprends aux missionnaires que le gouvernement Français s'apprète à retirer le drapeau national à la Mission. Guillaume Douarre part en France. En son absence, en 1847 la mission est attaquée et détruite. Le frère Blaise Marmoiton, est tué. Les Maristes partent se réfugier en Australie. Douarre revient en 1848 et grace à ses appuis de France il crée le premier vicariat de Nouvelle Calédonie avec le titre d'évèque d'Amata.

Monseigneur Douarre avant son départ .Toulon 1848. Photo Anonyme.
Première messe à Balade. 25 décembre 1843.  Photo AR.
Missionnaires autour de Mgr Douarre.1849. Photo A.Chapuy.

Notre reportage évoque ce passé historique de Balade à partir des vitraux de l'église. Ces pièces originales nous font prendre conscience de l'importance du patrimoine religieux en Calédonie. Sur le même site nous nous interrogeons aussi sur l'absence de restauration du presbytère de Balade qui tombe en ruine (voir photo plus bas). Un tel monument mériterait davantage d'attention de la part du service du patrimoine de la Province Nord nous disent les membres de l'association Barabo.
C'est aussi un lieu de mémoire au même titre que l'église de Balade et ses vitraux affirment-ils.

Précisons que ces vitraux ont été dessinés vers 1925 par un lyonnais Etienne Couvert ( 1856 - 1933), arrière grand père de Marie Jo Isnart.
Étienne COUVERT né le 13 décembre 1856 à Lyon d’un père originaire de Maurienne, et d’une mère lyonnaise, artiste elle-même.
Il entre à 23 ans à l’Ecole des Beaux-arts de Lyon. Il y reste jusqu’en 1884, remportant de nombreux prix.
Il est trop âgé pour concourir au prix de Rome, mais fréquente néanmoins la Villa Médicis, où son talent d’excellent violoniste est fort apprécié. En effet, il est peintre, professeur de dessin et premier violon à l'Opéra de Lyon.
En 1885, il épouse Antoinette Bonnet, fille de Guillaume Bonnet, statuaire.
Il dessine de nombreux vitraux en France surtout, mais aussi au Canada et pour la Nouvelle Calédonie.



Le presbytère de Balade tombe en ruines.  Photo AR.

Reportage Télé RFO NC
Alexandre Rosada
Jean Noel Méro
Montage :

Gael Detcheverry.
Alexandre Rosada