Marcel Carliez 1896-1964.
26 ans de dévouement à l'Ecole Publique en Calédonie.



NOUVELLE CALEDONIE


L' entrée de l'école Carliez à Poya.



Les enfants de Poya village, de Montfaoué et de Gohapin.



Marcel Carliez, sa femme Marguerite et leur fille Jeanne, dans les années 20.
O n voit plus loin Jeanne en 2004, couper le ruban d'inauguration de l'école à Poya qui porte désormais le nom de son père .

Les personnalités coupent le ruban d'inauguration : Mme Jeanne d'André, Le député Frogier, Pierre Maresca, Mme Nadia Héo, Guyèdre Wamedjo, Yasmina Metzdorf et Mme Iékawé

Yasmina Metzdorf, directrice de l'école Marcel Carliez à Poya.

Détruite en 2003 par le cyclone Erica, l'école de Poya est restaurée à l'identique et depuis ce 3 septembre 2004, 8 nouvelles classes ont été ouvertes aux enfants du village et des tribus avoisinantes.
Cette reconstruction a été l'occasion d'un baptème, et l'école de Poya porte désormais le nom de Marcel Carliez un calédonien d'adoption, originaire de Lille et arrivé sur le Caillou dans les années 1920.
Cette nauguration a permis de faire revivre l'histoire de l'éducation publique à Poya depuis 1924. Un spectacle d'une centaine d'enfants à retracé sous formes de danses, chants, mimes ou saynettes les grands moment de l'école, petite paillote de l'époque devenus aujourd'hui un complexe flambant neuf.
De nombreuses personnalitées ont fait le déplacement. Les représentants des Provinces Sud et Nord, le Député de la 2ème circonscription, la fille de Marcel Carliez Mme Jeanne D'André, et bien sur les habitants de Poya, et des tribus locales, sans oublier les élus et la directrice Yasmina Metzdorf, qui a organisé cette journée-évènement.
Dans les discours les politiques ont rappelé le geste de l'Etat, et l'engagement de la Ministre de L'outremer Brigitte Girardin qui s'était rendue sur les lieux au moment du drame. Elle avait annoncé des mesures d'exeptions pour réhabiliter l'école. Les promesses ont été tenues tant par les Princes Nord et Sud que la commune et l'Etat à affirmé le Maire de Poya Guyèdre Wamedjo.


Le député Pierre Frogier assiste au spectacle joué par les enfants, en compagnie de personnalités.


Le toit de l'école brûle en 1936.
Le gendarme Chambault fait un rapport.
Un élève plus de 50 ans aprés lit ce rapport.


Le plateau sportif de l'école accueillait ce 3 septembre un spectacle préparé par les enfants et les enseignants.

Parmi les témoins anciens élèves, de l'école de Poya nous avons rencontré Iréne et Renée, deux des neufs filles du colon Barthémy Mercier. Il figure parmi les premières familles installées dans la région.
Les deux soeurs nous ont racontée ce passé.
Extraits :
"on longeait la rivière avec une plate nous dit Renée et on apportait notre gamelle.On travaillait jusqu'a 11 heures.Notre maitresse était Mme Chambault la femme du gendarme . Nous étions quinze élèves. Nous apprenions un peu tout et parfois nous partions étudier la nature. La vie a cette époque était merveilleuse.


Les deux soeurs Mercier.
Irène Videault et Renée Niautou.
Elles furent à l'école de Poya en 1937 et 1946.


"nous étions 12 raconte Iréne, notre maitre était un métro qui sortait de l'armée. Chaque matin il y avait le lever de drapeau tricolore que l'on devait bien plier et le ranger. Puis commençait la leçon de morale. Nous apprenions l'histoire de France, le dessin, le calcul, la grammaire, la musique aussi.
Parfois le maitre était méchant. Il nous mettait à genoux sur la caillasse avec deux briques dans les mains les bras écartés. Un jour je me suis rebellé. Il nous punissait aussi en nous tirant les cheveux, ou avec des coups de règle sur les mains. Nous étions il est vrai, trés dissipées parfois.
Nous avions aussi une souffre douleur, c'était la fille du gendarme, une métro à qui nous racontions des histoires de brousse. Elle nous croyait. Quand elle est partit du pays nous lui avons dit que nous l'aimions bien quand même malgré les misères que nous lui avions prodiguées. Malgré le dénuement de tout, nous étions heureuses.

Une évocation d'Alexandre Rosada. Images Philippe Huneault. Montage/Mixage Gael Detcheverry.

Alexandre Rosada